Pourquoi cet événement

.

.

Devenir agriculteur n’est pas un simple choix de métier, c’est un choix de vie. Au-delà de l’indispensable formation technique, devenir paysan implique de confronter son rêve à une réalité souvent mal connue avant que l’on ne s’y engage. 

.

Si le phénomène du “retour à la terre” n’est pas nouveau, les installations néo-paysannes prennent aujourd’hui une autre dimension alors que le nombre d’agriculteurs en France ne cesse de diminuer. Comment accompagner les néo-paysans dans leur installation et leur insertion au sein du monde agricole? Comment créer des ponts entre paysans et néo-paysans? Entre producteurs et citoyens-mangeurs? Comment les structures institutionnelles pourraient-elles mieux répondre à cette nouvelle demande?

.

L’objectif de cette première édition des Assises Néo-Paysannes est avant tout de créer du lien, de la rencontre et du partage. Comme tout travail indépendant, porter un projet agricole demande un élan constant et continu qu’il n’est pas toujours évident de maintenir devant les difficultés quotidiennes. Il y a-t-il meilleur moteur que l’échange pour se sentir inscrit dans une démarche commune et générer de nouvelles idées?

.

Les agriculteurs installés auront ici une occasion unique de valoriser leur parcours dans l’élaboration d’une feuille de route à destination des décideurs, qui identifiera les majeurs freins rencontrés par les néo-paysans dans leur formation et installation, ainsi que des leviers possibles pour faciliter ce processus.

Les aspirants néo-paysans pourront rencontrer des personnes qui ont déjà fait ce choix de changement de vie et être accompagnés dans la formulation de leur projet.

Les citoyens curieux pourront non seulement découvrir la diversité de l’agriculture française, mais aussi apprendre à devenir co-producteurs de leur nourriture en favorisant le développement de projets néo-paysans sur leur territoire.

.

Enfin, cet événement aura réellement accompli sa mission si toutes les « personnes-ressource » qui y participeront – paysans, structures d’accompagnement, chercheurs, organismes publics, etc. – y trouvent eux aussi de l’inspiration et un nouvel élan pour participer à l’installation de nouveaux paysans en France.

.